Bienvenue

D’encre et de graphite est voué à être le substrat de témoignages personnels, se voulant dotés d’une portée universelle et source de partage, dédiés à l’expression d’une profonde reconnaissance pour la Nature et la beauté des éléments vivants qui la composent. Ils sont, depuis des siècles, une source intarissable d’inspiration pour les écrivains et les artistes de ce monde, d’hier et d’aujourd’hui.

cropped-dencreetdegraphite1.jpg

Ainsi que le veulent les usages littéraires dans toute communication écrite structurée, je vous propose de replacer les deux éléments, constituant l’essence de l’humble série de témoignages lettrés et illustrés qui suivront, dans leur contexte phraséologique. Il s’agit ici de mettre à l’honneur une sélection de belles paroles d’écrivains et d’artistes donnant un sens profond à l’acte d’écriture et au dessin, dont la complémentarité est parfaitement intelligible, quand bien même la forme diffère quelque peu.

Commençons, tout d’abord, par aborder une vision libératrice de l’écriture, exposée par l’écrivain français Jules Barbey d’Aurevilly décrivant cet acte comme « un apaisement de soi-même ».

Puis, laissons nous emporter par la sublime évocation métaphorique de l’importance et la puissance du don de soi dans l’acte d’écriture, proposée par l’écrivain russe Léon Tolstoï,  selon lequel il ne faut écrire qu’au moment où à chaque fois que l’on trempe sa plume dans l’encre, un morceau de sa chair reste dans l’encrier.

Poursuivons avec cette phrase imagée de l’écrivain français, Franck Guyot, décrivant l’écriture comme « une parole maquillée par le dessin de la réflexion » qui nous amène à un premier parallèle évocateur….

… pour ensuite apprécier cette description du dessin de Félix Braquemond, peintre français, comme étant « à la fois une écriture, une science et un art ».  

Concluons cet exposé de citations littéraires par la réunion, dans un même but, des deux moyens d’expression, autour desquels s’articule le canevas de cette introduction, dans les propos de Paul Klee, artiste peintre allemand, selon lequel « Ecrire et dessiner sont identiques sur leur fond« …. ou encore dans ceux de l’écrivain et philosophe Emile Chartier, dit Alain, pour qui « l’écriture, de même que le dessin, fait connaître à la fois le modèle et l’homme. Seulement, parce que le modèle d’écriture est commun à tous, ici c’est la nature de l’écrivant qui saute aux yeux en quelque sorte.»

Sur ces belles paroles, aspirant allègrement à jouir d’une plus longue méditation, il me reste à vous souhaiter la bienvenue sur cette page. En espérant vous faire rêver lorsque vous voguerez au gré des flots d’encre à l’écume salée à la rencontre des courbes minérales du graphite qui seront déposées sur les pages de ce recueil virtuel. Au fil de celles-ci, vous découvrirez aussi le magnifique travail de quelques auteurs et artistes engagés de ma connaissance dont j’admire le talent.

 

Clémence Gdrd, D’encre et de graphite, 19 juin 2018